0756dg,kb0152gjdputain que c'est dur !
trois jours ont passé.
et par-delà l'incompréhension du geste, se dresse devant moi cette sensation désespérante que ceux qui sont aux manettes (ou voudraient l'être) n'arrivent à rien. c'est intellectuellement désastreux !

l'occident européen qui a tant souffert de guerres successives est anesthésié par 70 années de paix. 70 années où l'immense majorité des individus occidentaux européens a été éduquée dans le respect de l'autre. c'était bien. mais c'est fini.
et c'est bien ce qui me rend triste ces jours-ci.
aucun politique ne nous dit cela : l'insouciance de cette société du spectacle et du divertissement, c'est terminé.
l'insouciance tout court ?
nous sommes en guerre. c'est manifeste ! ils veulent notre mort par l'autodestruction de la société. une forme très aboutie de nihilisme armé qui a su décomplexer tous les dingues ou tristes rebus de nos sociétés pour qu'ils assument leur déshumanisation par des actes barbares.

ce constat a déjà été fait par d'autres. alors quoi ?

nous sommes en guerre, oui. le fait d'être polémologue t'assure que dans l'histoire l'état de guerre n'est pas associé à une forme particulière de combats. une guerre, ce n'est pas forcément un groupe de soldats qui s'oppose à un autre.
nous sommes en guerre car notre ennemi veut notre destruction.
mais ici, au delà des corps meurtris ou déchiquetés, il veut toucher notre âme collective.
il veut détruire le lien qui nous uni; ce qui fait que nous vivons ensemble et les raisons pour lesquelles nous continuons à vivre ensemble, paisiblement.

aucune action de police ou de renseignement ne peut prévenir l'acte d'un fou.
c'est une triste réalité.
c'est effrayant en temps de paix, mais c'est évident en temps de guerre.donc il est temps de cesser de faire l'autruche et de croire que nous vivons une parenthèse particulière de notre histoire.
c'est une rupture. une période historique, une série de chocs après lesquels rien ne peut être comme avant.
ça fait chier, mais c'est ainsi. fini l'angélisme !

cependant, cela passe par l'expression résolue et intelligente de nos dirigeants. leur responsabilité est immense. c'est la rançon de la démocratie. et c'est dans ces moments là qu'émergent ou non des individus dont on attribue le courage et l'intelligence à la providence.
qu'au moins déjà, ceux à qui l'on tend inlassablement le micro disent enfin ce qui est aux français !
nous ne sommes plus en paix !
les dangers sont grands !
mais il nous appartient de conserver notre âme. nous sommes un peuple un peu con con, anesthésié par vingt ans de déséducation quasi-insouciante, mais nous sommes bienveillants. le messianisme humanitaire de notre république est vissé à notre corps.
il est temps de s'unir pour affronter la bête ensemble.
résolument !
définitivement !
et malgré les désastres à venir, continuer, par dessus-tout, de rire, boire et chanter.
car la vie est toujours la plus forte !